blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Norbert Casteret, l'enfant du Comminges

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

2007, l'année Casteret

2007, l'année Casteret

Blog dans la catégorie :
Actualités

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

Norbert Casteret, l'enfant du Comminges

2007, L'ANNEE NORBERT CASTERET

Le 15/01/2007

Norbert Casteret, spéléologue et écrivain commingeois
Norbert Casteret, spéléologue et écrivain commingeois 

     "En attendant la publication, dans les semaines à venir, d'articles sur l'enfant du Comminges Norbert Casteret, vous pouvez vous documenter en cliquant sur les liens contenus dans cette phrase."

 

"Cordialement,"

 

Jérôme HOTTA

 

2007 sera l'ANNEE NORBERT CASTERET

Le 15/01/2007

Norbert et la Garonne, à Saint-Martory Les aventuriers de l’Arbas Perdu, en 1941 Norbert Casteret, jeune explorateur Norbert pour ses 86 ans, en 1983

Norbert et la Garonne, à Saint-Martory
Norbert et la Garonne, à Saint-Martory 

Article paru dans "Le Petit Journal" du jeudi 18 janvier 2007

 

Le Comminges va rendre hommage à son fils disparu il y a 20 ans.

 

2007 sera l'année Norbert Casteret

 

     Le hasard faisant bien les choses, 2007 sera l’année de Norbert Casteret dans le Comminges, à la fois pour fêter les 110 ans de sa naissance, mais aussi pour célébrer les 20 ans de sa disparition. En effet, Norbert Casteret, spéléologue et écrivain français internationalement reconnu, est né à Saint-Martory le 19 août 1897, et il est mort à Toulouse, il y a vingt ans, un 20 juillet 1987.

 

     Riche d’une vie scientifique, littéraire et sportive extraordinaire, et dont il extirpa la meilleure des substances spirituelles de son Comminges natal, il écrivit plus d’une quarantaine d’ouvrages afin de faire germer aux quatre coins du globe de merveilleuses graines, toutes récoltées au coeur de nos Pyrénées Centrales.

 

     C’est la passion « de la  petite et de la grande patrie », selon l’expression de sa fille, « sœur Marie » Casteret, qui animait ce commingeois de naissance, de cœur, et d’esprit, et dont les œuvres sont lues dans le monde entier. Des œuvres où sont décrits les massifs de l’Arbas, mais aussi les collines de Saint-Martory, et surtout la Garonne, celle qu’il sauva d’une mort certaine en démontrant, par l’expérience scientifique, qu’elle prenait sa source en Espagne. Car le Comminges, et la France, lui doivent, en 1931, la reconnaissance dans le massif de la Maladetta, au trou du Toro, au pied des « Monts Maudits », de la véritable source de la Garonne, dont le cours naissant chemine sous terre sur près de quatre kilomètres, avant de creuser son lit dans notre territoire. Que se serait-il passé si l’Espagne avait détourné celle-ci, et quelles en seraient les conséquences aujourd’hui ?

 

     Ancien combattant de 14-18, il s’illustra aussi aux côtés des forces secrètes durant la seconde guerre mondiale par ses connaissances, en cachant au fond du gouffre d’Esparros des documents secrets, et 6 tonnes d’armes à Montsaunès. Mais son aventure la plus terrible fut certainement en 1952, avec Haroun Tazief et le réalisateur Jacques Ertaud, lorsqu’il entreprit la conquête du gouffre de la Pierre-Saint-Martin (Lépineux-Bidegain). Elle s’acheva quand le gouffre lui prit son meilleur ami, Marcel Loubens, qu’il gardera deux longues années prisonnier dans ses entrailles, avant que Norbert ne l’en libère enfin en 1954.

 

     Aventurier dans sa propre terre, découvreur infatigable et inventeur intarissable, son livre le plus fascinant reste certainement « Ma vie souterraine » (1961), entièrement nourri de ses souvenirs commingeois. Un équivalent de celui de Fernand Cousteau pour l’univers marin, « Le monde du silence », mais sans la culture médiatique qui aurait pu permettre à notre illustre de se hisser vers une renommée - et le Comminges avec lui - que personne aujourd’hui n’oserait lui contester. Outre ses 45 livres, il a en effet donné 1200 conférences en France et dans 27 pays, dans 458 villes, et il reçut la légion d’honneur.

 

 

                                                                                                                        Jérôme HOTTA

 

 

 

BIOGRAPHIE

Le 15/01/2007

« Dix ans sous terre » (1933), « Au fond des gouffres » (1936), « Mes cavernes » (1940), « En rampant » (1943), « Martel, explorateur du monde souterrain » (1943), « Paysages souterrains » (album, 1943), « La terre ardente » (roman d'aventures,  1945), « Une vie de chauve-souris » (roman, 1946 ; Rééd. sous le titre « Mémoires d'une chauve-souris », 1961), « La longue course » (roman sportif, 1946), « Histoires au-dessous de tout » (anecdotes spéléologiques, 1947 ; Rééd. 1979), « Exploration » (1949), « Ce que j'ai vu sous terre » (album, 1949), « Profondeurs » (1949), « Ténèbres » (1952), « Dans les glaces souterraines les plus élevées du monde » (album, 1953), « Trente ans sous terre » (1954), « Sondeurs d'abîmes » (1955), « Au pays des eaux folles » (1958), « L'appel des gouffres »  (1959), « Ma vie souterraine » (1961 et rééd. en1966), « Aventures sous-terre » (3 vol. en 1961 et 1962) « Secrets et merveilles du monde souterrain » (1966), « La montagne creuse » (roman 1962), « Les cailloux du Petit Poucet » (souvenirs 1963), « Mission centre terre » (roman 1964), « Un demi-siècle sous terre » (extraits réédités 1965), « Muta, fille des cavernes » (roman préhistorique, 1965), « Dans la nuit des temps » (roman préhistorique, 1966), « Les pierres qui parlent » (vulgarisation géologique, 1967), « Ma spéléologie de A à Z » (1968),  « Dans la nuit des cavernes » (récits imaginaires,1970), « Les grandes heures de la spéléologie » (1973), « Aventures sous terre » (extraits réédités, 1975), « Sous terre » (Gérard-Marabout Junior, n°23), « La grotte tabou » (récits imaginaires, 1982), « Norbert Casteret raconte » (1984).

 

Norbert Casteret, et la Grotte de Montespan

Le 16/01/2007

Ecouter  

Ceci est la narration de la découverte, par son "inventeur", de la grotte de montespan. Il vous faut cliquer sur la petite flêche pour l'écouter.